20 h
Durée : 1h15

De 6 à 26 €

Théâtre

14-114 ans

Une Opérette à Ravensbrück

Cie Nosferatu / Claudine Van Beneden
Germaine Tillion

Toutes les dates

20h

Séance scolaire

14h30

Séance scolaire

10h

Une Opérette à Ravensbrück donne à voir et entendre l’humanité, la fraternité et l’humour entretenus, malgré l’horreur, dans les camps

Résister en écrivant, chanter à la barbe des geôliers nazis pour défendre sa dignité, c’est le moyen qu’a trouvé Germaine Tillion pour survivre au camp de Ravensbrück en 1944. Ce texte, Le Verfügbar aux enfers, a été écrit du fond d’une caisse d’emballage où elle avait trouvé refuge. Il met en scène, à la façon d’un music-hall, les déportées de Ravensbrück. Convoquant le souvenir des rengaines populaires, des joyeuses tablées d’antan, ces femmes luttent contre leur condition inhumaine avec la plus redoutable des armes : la joie de vivre.

Distribution

D’après Le Verfügbar aux enfers Edition de la Martinière, 2015, de Germaine Tillion (résistante et déportée)
Mise en scène: Claudine Van Beneden
Musicien : Grégoire Béranger
Avec : Solène Angeloni, Angeline Bouille, Barbara Galtier, Isabelle Desmero, Claudine Van Beneden, Raphaël Fernandez (Le naturaliste)
Arrangements musicaux : Grégoire Béranger et Jean Adam
Chorégraphie : Jérémy Papallardo
Scénographie : Blandine Vieillot
Chorégraphie : Jérémy Papallardo
Création lumière : Hervé Bontemps
Son : Manu Giroud
Lumière : Clémentine Gaud et Benjamin Duprat
Vidéo : Catherine Demeure

Mentions légales

Coproduction : Centre culturel Louis Dacquin - La Ricamarie, La Machinerie - Théâtre de Vénissieux, 2deuche Lempdes.
Compagnie conventionnée par la Drac Auvergne-Rhône-Alpes.
Compagnie en résidence départementale soutenue par le Conseil Général de la Haute-Loire.
Soutiens : Région Auvergne-Rhône-Alpes, Ville de Brives-Charensac, Ville de Brioude, Ville de Vorey, Ville du Puy en Velay et Communauté d’agglomération du Puy en Velay.
Création soutenue par la SPEDIDAM, l’ADAMI, le Ministère des armées « Direction des patrimoines, de la mémoire et des archives », la Fondation Carac et la Fondation France Mutualiste.

© Cédric Rouillat