Une présence artistique forte au théâtre et sur le territoire, avec un ou deux artistes associés. Cela nous permettra de tisser des liens et d’inventer des actions avec le tissu scolaire, associatif et social de Roanne et de l’agglomération, endroits où il m’importe d’œuvrer pour la rencontre entre les artistes et les habitants.

Pour nous accompagner dans cette perspective, je confierai la tâche de la rencontre à des artistes qui ont du cœur et de l’empathie et qui sauront s’y investir et s’y appliquer.

Leur mission principale sera d’aller à la rencontre des publics pour créer du lien, du symbolique, partager et nourrir le travail de création.  

Le travail de réflexion autour du projet artistique du Théâtre, les propositions, les bilans d’intervention, les réorientations, seront partagés avec les artistes associés : cela m’est absolument nécessaire. En effet les artistes ont une vision du monde qui passe par le sensible, une capacité d’innovation et d’invention qui permet d’ouvrir tous les possibles et une exigence de regard sur la création. La présence d’artistes associés est donc indispensable pour compléter et enrichir mon analyse et ses déclinaisons en projets et actions.  

Les cibles de public :  

  • Les scolaires (tous niveaux confondus, y compris CFA) et en partitculier les écoles dans les quartiers priotitaires cra les enfants dont les familles n'ont pas de pratiques liées au spectacle vivant, n'en auront pas eux-non plus sans interventions dans les écoles ou les associations.
  • Les centres sociaux et autres établissements saociaux dans les quartiers
  • Les services sociaux de secteur du Département
  • Les associations du champ social et de l'éducation populaire
  • Les établissements liés au handicap
  • Le centre pénitencier
  • Le tout-public, en coopération avec la médiathèque, le conservatoire, le musée, etc...
  • le tout-public dans ses lieux de vie (le théâtre, mais aussi par exemple, les bars,...)

 Les actions concrètes possibles : 

  • Des ateliers ponctuels ou réguliers (d'écriture, de mise en corps de lecture, de mise ene dessin/plastique de tetes...)
  • Des lectures ou solo dansés dans tous les lieux possibles
  • L'accompagnement au décryptage et analyses de spectacles
  • Des rencontres conviviales sur le métier de l'artiste
  • Une création participative (du type de ce que réalise Jean-Claude Berutti en théâtre cette année avec 32 amateurs) 

… Et tout autre projet que les partenaires eux-mêmes inventeront avec les artistes associés

EDITH AZAM
POÈTE

Edith Azam

Associer pour trois années un auteur au théâtre est pertinent à plusieurs titres : les occasions de rencontre dans les petits lieux (bibliothèque, librairie, mais aussi bars ou autres) sont possibles avec un auteur. Il suffit de papier, de crayon pour réaliser un atelier d’écriture, de la parole et d’oreilles pour écouter une lecture. C’est souple, léger. Travailler la langue, revenir au texte, à l’écrit, est un besoin fort, tant pour les enseignants que pour les associations qui accompagnent tous ceux qui peinent avec la langue. Toutes les scènes de spectacle vivant labélisées qui ont associé un auteur ont créé des passerelles interdisciplinaires (écriture-théâtre, écriture-musique, écriture-danse etc…) qui nourrissent la recherche artistique et le regard curieux des spectateurs.

Edith Azam réinvente la langue pour tenter de dire l’indicible. En atelier Edith Azam joue et fait jouer avec les sons, avec le sens, dans des approches à la fois ludiques et émotionnellement forte : parce qu’elle « écrit pour ne pas mourir ».

C’est réhabiliter la langue, le langage à l’endroit de l’urgence. Pour elle, le langage est corps. Les mots ne prennent sens qu’à travers ce qu’ils transportent du corps, et inversement. Dans ces travaux d’atelier elle permet à chacun de « donner chair » aux mots. Son écriture est très rythmique et musicale, et peut toucher très largement.

Elle écrit aussi pour le théâtre, sa dernière expérience avec Une mouette et autres cas d’espèce/Hubert Colas, lui a donné le désir de poursuivre et de travailler en collaboration avec d’autres artistes. Ecrire est un acte de solitude et il lui est nécessaire de partager avec d’autres cette drôle de matière.

Edith Azam dessine, colle, déchire, et insère des mots, des textes, dans ses matières. C’est une pratique qu’elle aime partager. Elle a travaillé avec des musiciens, et a effectué plusieurs résidences de territoire qui nourrissent son univers personnel (avec un travail en direction des enfants, des patients d’hôpitaux, en prison …).

BIBLIOGRAPHIE D'EDITH AZAM

  • MERCURE (Janvier 2007) : Castells
  • LETIKA KLINIK (Janvier 2007) : Dernier Télégramme
  • TELLEMENT BELLE GARCON BELLE (Mars 2007) : Frissons Esthétiques
  • L’ECHARPE DOUCE AUX YEUX DE SOIE  (Juin 2007): Nouvelle éditée à l’Atelier de l’agneau - Juillet 2007
  • TIPHASME EST PHASME (Octobre 2007) : Inventaire/Invention
  • AMOR BARRICADE AMOR (Février 2008) : l’Atelier de l’agneau
  • UN OBJET SILENCIEUX (réédition , Juillet 2008) : Gros Texte.
  • RUPTURE (Novembre 2009) : Dernier Télégramme.
  • LE MOT IL EST SORTI (Septembre 2010) : Al Dante.
  • DU POP CORN DANS LA TÊTE (Décembre 2010) : L’atelier de l’agneau.
  • SOLEIL-ŒIL CREPU ( Février 2011) : Dernier Télégramme
  • MERCURE (Novembre 2011, réédition) : Al Dante
  • QUI JOURNAL FAIT VOYAGE (février 2012) : Atelier de l’agneau
  • SALLE DE SPECTACLE DU SILO D’ARENC (Mars 2012 ) : Al Dante
  • DECEMBRE M’A CIGÜE (Février 2013) : P.O.L
  • VOUS L’APPELLEREZ : RIVIERE (Avril 2013) : La Dragonne
  • DU SAVON DANS LA BOUCHE (Mai 2013) : Atelier de l’agneau
  • MON FRERE D’ENCRE (Mai 2013) : EDITIONS Au coin de la rue de l’enfer
  • LA CHOSE COMMUNE (Juin 2013) : EDITIONS Pas vu pas pris
  • BEL ECHEC (Mars 2014) : Dernier Télégramme
  • ON SAIT : L’AUTRE (Avril 2014) : P.O.L
  • CAMERA (Juin 2015) : P.O.L
  • LE TEMPS SI LONG (Mai 2018) : Les ateliers de l’agneau
  • OISEAU-MOI  (Juin 2018) : Editions Lanskine
  • PoOki c’est PoOnk (Octobre 2018) : Editions Lanskine
  • RETOURS DE LANGUE (Décembre 2018) : Editions Faï Fioc
  • POUR TENIR DEBOUT ON INVENTE (Mai 2019) : Les ateliers de l’agneau

YAN RABALLAND
CHORÉGRAPHE

Après sa formation au conservatoire de la Roche-sur-Yon puis au CNSMD de Lyon, Yan Raballand mène parallèlement son parcours d’interprète et de chorégraphe. Il crée la compagnie Contrepoint en 2002 avec laquelle il réalise plusieurs œuvres : Amorce (2002), Au devant de là (2003), Obstinée (2004), Ici et là en collaboration avec Sylvie Giron (2005), Grün (version jardin en 2006, version scène en 2008), Krafff en collaboration avec Johanny Bert (2007), L'ange (2008), Contrepoint (2010), Viola (2010), Les Bulles chorégraphiques (2011), Vertiges (2012), Le Bal Disco (2014), Sens (2015), Les Habits Neufs du Roi (2015), Flux (2018)…

Il participe, au côté de Christian Bourigault, au déchiffrage vidéo du solo F. et Stein de Dominique Bagouet (2000). Parallèlement à une carrière d’interprète auprès de nombreux chorégraphes de renom, Yan Raballand est aussi invité à chorégraphier pour le Ballet du Rhin (Wohin, 2002) ou encore pour le jeune ballet du CNSMD de Lyon (La java du diable, en 2001 ; Allegro et Chaconne, en 2003 ; Bics et Plumes, en 2009).

Il collabore également sur des projets de théâtre, d’opéra ou d’arts numériques avec d’autres artistes comme Johanny Bert (Krafff en 2007, 2 doigts sur l’épaule en 2013, sextoy - laboratoire en 2014, Le petit bain en 2017, Dévaste-moi en 2017), Laurent Brethome (Bérénice en 2011, L’Orféo en 2013), ou encore Adrien Mondot et Claire Bardainne (Le mouvement de l’air en 2015)

 Il enseigne ponctuellement pour plusieurs écoles de formation chorégraphique ou dramatique telles que le CNSMD de Lyon et l’école de la Comédie de Saint Etienne.

Son travail se base sur trois notions essentielles que lui évoque le contrepoint : la musicalité, l’écriture chorégraphique et la relation à l’autre.

SOUTIEN AUX COMPAGNIES

Le Théâtre de Roanne s’engage auprès des compagnies pour leur permettre d’avoir accès aux outils de travail, comme le plateau ou la salle de répétition, ou pour leur apporter, à travers la coproduction, les moyens financiers couvrant une partie de la création de leurs spectacles. Cette saison seront accueillies en résidence au plateau ou au studio : la Cie Spell Mistake, la Cie Vilcanota, la Cie Ballets 21, la Cie ALS, la Cie Vague2Flow, la Cie Trajectoire K, la Cie The Missing Peace, et sans doute d’autres !

Le Théâtre de Roanne coproduira les spectacles des Compagnies : Vilcanota (pour TumulTe), Collectif AOI (pour La Bêtise), la Cie Spell Mistake (pour Ceux auprès de qui vous ne souhaiteriez pas être assis dans un banquet – titre provisoire - que vous pourrez découvrir au cours de la saison 2020-2021).